mercredi 28 mars 2012

Je crois que j'ai été forcée de grandir.




En ce moment, le temps est pluvieux de mon côté et l'orage gronde, les éclairs strient le ciel. Le vent a tourné. Oui, en ce moment je n'ai pas le morale et quand on n'a pas le morale apparemment tout les éléments s'enchaînent pour que ça ne s'arrange pas, à croire qu'ils le font exprès.

Ma mère à l'hôsto - Mon père qui stresse pour ma mère - Ma mère qui rentre de l'hôsto et qui ne peut donc plus conduire donc mon père qui doit presque tout gérer - Mon père qui stresse - Moi qui stresse de voir ma mère souffrir - Moi qui stresse pour mon Bac blanc et le Bac - Les engueulades avec mon père - Ma mère qui apprends qu'elle a peu de chance de remarcher correctement, voire plus du tout. - Ma mère qui s'en veut et pense que c'est de ça faute si à la maison on s'engueule : déprime. - Ma mère qui appelle le gars à qui nous étions en train d'acheter une superbe Mini Cooper Rouge pour lui dire qu'elle ne pourra peut être plus conduire donc qu'elle arrête la vente :  -"Je suis désolé Monsieur, je sais que vous avez raté des ventes à cause de nous, mais honnêtement j'aurais préféré acheter une Mini plutôt que d'être sur un fauteuil roulant".

Merde.

Mon taux de larme et d'émotion, écoulé pour quelques mois je crois.  Il y avait trop de soleil et de gaieté dans ma vie de Brune déglinguée, qu'il fallait que ça cesse ? "Après la pluie vient le beau temps" ? Non moi c'est "Après le beau temps vient la pluie." Mais pourtant c'est étrange car lorsque je ne suis pas chez moi je me sens un peu mieux, du moins je tente de ne pas penser à ces soucis, mais le retour à la maison est terrible..  Et là je préfère être avec ma mère ou m'isoler. Fusionelles que nous sommes ma Mère & moi, je me dois de la soutenir comme elle m'a toujours soutenue. Je me dois d'être toujours là. Mais ce n'est pas toujours facile. & puis elle est dépendante de nous, finalement son rôle de Mère n'est plus le même et c'est une des choses qui me fait le plus peur, j'avais besoin de cette voix qui me rassurait, soutenait, encourageait. Maintenant cette voix n'est plus aussi convaincante, c'est moi qui la rassure, soutiens et encourage désormais. Je ne suis plus la petite fille qui ne se préoccupe pas des affaires des Grandes personnes, qui trouve ça chiant à en mourir (Bon, je trouve ça toujours chiant à en mourir mais il le fallait) et qui préfère les éviter. Malheureusement je crois que j'ai grandi.

Merde. (bis).


 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire